Denise Kikou Gilliand

Médium, coach, formatrice et réalisatrice de films

  

Denise gilliand 2

Denise Kikou Gilliand, née en 1964 sous le signe du double scorpion en Suisse, grandit dans un milieu de militants gauchistes, socialement très engagés. Dès l'adolescence, elle se sent une affinité particulière avec Jung, les archétypes, l'inconscient collectif et les phénomènes de synchronicité la fascinent.

A l'âge de 16 ans, elle part à l'aventure au Mexique où elle travaille comme mannequin et découvre à la fois le monde des chamanes guérisseurs et celui du cinéma qui deviendra son premier métier.

En 1985, elle obtient son diplôme de réalisatrice à l'Istituto di Scienze Cinematografiche de Florence en Italie. De retour en Suisse, elle écrit, réalise, et supervise de nombreux films de commande.  En 1989, une campagne audiovisuelle de prévention du sida lui fait découvrir la profondeur de la souffrance qu’il peut y avoir derrière l’exclusion. C'est pour elle le début d'un engagement : donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, rendre humanité et dignité à ceux que la société rejette.

Son premier long métrage de création « Mon père, cet ange maudit » sort en 1994, elle a alors 30 ans. Elle racontera aussi l'histoire de ce gangster condamné à perpétuité devenu peintre en prison dans un livre publié en 2002, « Gangsterino ». En réalisant « Mon père cet ange maudit » puis « Femmes du No Future » et « Les bas-fonds » - film nominé pour le prix du cinéma suisse, elle prend conscience de la puissance de l’art comme outil de rebond.

Elle fonde alors, le 23 octobre 1999, l'association « Rebond'Art » dont le but est de soutenir des projets culturels réalisés avec des personnes démunies et en assume la présidence.

En 2007, afin d’approfondir encore cette démarche, elle dirige et anime elle-même un atelier cinéma en prison. La même année, elle fonde et prend la direction de « Œil Ouvert » où elle produit et réalise notamment son huitième long métrage documentaire «Article 43» qui reçoit deux distinctions.  Parallèlement, Denise Gilliand passe à la fiction. Elle développe avec PCT cinéma télévision « La violence du double », un psychodrame sur la schizophrénie et la gémellité.

Ses films, diffusés au cinéma et sur plusieurs chaînes de télévisions, sont fréquemment utilisés dans les écoles, réseaux associatifs et institutions pour débattre de questions sociales.

En parallèle à ses engagements sociaux et à son activité de cinéaste, Denise Kikou Gilliand met au monde deux enfants: Léo Merlin né en 1998 et Yona Mélusine née en 2001.

Peut-être parce qu'elle a alors donné la vie, elle explore, dès 2001, l'invisible et l'immatériel. Deux films et un livre en émergent: « NDE Aux frontières de la mort » en 2002 et « Médiums, d'un monde à l'autre » en 2011. Pour aller plus loin dans la compréhension de ces états de conscience modifiés, elle éprouve le besoin de les expérimenter par elle-même. C'est ainsi que, dès 2006, elle se forme comme médium guérisseuse, puis en anthropologie des processus de guérison.  En 2011, c'est la découverte de la transe guérison et de la chirurgie psychique aux Philippines. Le 12.12.12 elle ouvre l'Atelier Infini à Lausanne où elle pratique et enseigne la médiumnité créative et guérissante.

Dès lors, Denise Kikou Gilliand travaille parallèlement comme médium guérisseuse et comme cinéaste. En novembre 2017, elle publie « L’au-delà sans peur ».

Pour en savoir plus :  www. atelier-infini.com et www.oeilouvert.ch/presse.php